· 

Bague Hydrolube B89 - Remplacement

 

Compte-rendu de Jean-François MARRIEN - Biloup 89 - TANTEAL

 

Quand le jeu devient l'ennemi de la mécanique...

 

 
Voilà la procédure pour le biloup 89 pour ceux qui n’ont pas l’envie ou le temps de lire ma prose:
-          Démontage hélice, coupe orin, anode
-          Démontage du tourteau (tourteau claveté et bloqué en translation par une vis a téton + contre écrou qui rentre dans un perçage de l'arbre + 4 vis de pression)
-          Démontage du joint PSS
-          Grattage, nettoyage propre de l’arbre et lubrification (doit glisser tout seul dans la vieille bague hydro)
-          Extraction par l’arrière de l’arbre (ça frotte dur sur le skeg du safran, mais bien lisse et lubrifié, pas de problème)
-          Destruction de l’ancienne bague : ma méthode : avec un ciseau à bois étroit, on découpe une bande tout le long de la bague, elle vient toute seule ensuite.
-          Nettoyage ponçage polissage de l’alésage de la chaise
-          Vérifier que la bague rentre facilement, la poncer si nécessaire (ne pas faire ma con….ie)
-          Remise en place de l’arbre
-          Mise en place de la bague (l’arbre ne rentre pas si la bague est en place !)
-          Perçage des 2 trous dans le corps de bague et mise en place des vis de blocage dans la chaise
-          Remontage du tourteau
-           Centrage de  l’arbre dans l’étambot (usiner une bague Nylon Diam 25 int et 40 ext) et alignement du moteur a peu près ( a la cale d'épaisseur 0.05mm)
-          Démontage tourteau, remontage du joint PSS (selon les spécification du constructeur)
-          Remontage du tourteau
-          Bridage tourtea
-          Mise à l’eau et contrôle alignement définitif (résultat très différent entre posé et a flot!)
Pièces :
 bague hydrolube  référence SVB : 15915 -
Type KU25, Diamètre d'arbre 25 mm, Diamètre ext. 38,1 mm
Kit de rechange Pour joint PSS: PSS 07-25M 134R
 
Ma prose :
Déjà repéré à l’achat du bateau (avec un jeu de 1,5 mm) la bague hydrolube a continué à s’user d’autant plus vite que la nouvelle hélice (JProp) est beaucoup plus lourde que l’ancienne (tripale standard)

 

Lors du carénage de mai 2017, le jeu mesuré était de de 3 mm et lors de la mini croisière d’aout, je constate que la transmission vibre, cogne tremble et ça ne donne pas de navigation paisible !

 

Les avis des pros et autres sont partagés : faut la changer, ça peut attendre, bref rien de catégorique et tout le monde a déjà vu des bagues complètement usées, jusqu’à la fin du caoutchouc.
Lors du premier carénage, j’ai essayé de l’extraire avec des tubes et des 1/2tubes (pour pousser vers l’extérieur) mais la bague n’a absolument pas bougé et semble bien soudé à son logement.

 

Je conçois un extracteur de bague à partir d’en extracteur automobile : 3 bras a 120° se crochent sur corps de la chaise moteur.

Une vis vient faire pression sur un tube qui s’emboite autour de l’arbre et vient pousser sur la bague hydrolube.

Un premier essai est négatif : il faut un gabarit qui maintienne les bras en place. (ils se vrillent sous la tension, les crochets échappent)

Jour J

 

Sentant que cela allait être galère, je préfère sortir le bateau et le mettre sur cale (bien m’en a pris)

 

Je mets en place 3 plans :
1)      L’extracteur fonctionne (yep!)

 

2)      L’extracteur ne fonctionne pas, il faut sortir l’arbre pour découper la bague, j’arrive à sortir l’arbre vers l’extérieur : il vient taper dans le skeg du safran mais avec le jeu et la flexion, ça passe en frottant (mi-yep)
3)      Je ne peux pas sortir l’arbre par l’extérieur : je débride le moteur, le soulève avec un palan a chaine et je sors l’arbre par l’intérieur (beuh!)

 

Le plan 1 ne fonctionnera pas, le système est bon (les crochets labourent même la chaise en bronze sous la poussée) mais la bague est trop soudée dans son logement (j’ai oublié de faire des photos pendant l’action). La pression est tellement forte que les gabarits de maintien en contre plaqué éclatent...

 

Je passe rapidement au plan 2 :

 

J’ai déjà démonté l’hélice, le coupe orin et les anodes côté extérieur lors du plan 1

Je vais à l’intérieur pour tout virer de l’autre côté de l’arbre : tourteau et joint PSS

Une angoisse rétrospective : la bague inox du joint PSS ne tient que par 2 vis dont l’une n’est pas serrée.
Normalement, c’est 2 vis par trou (vis de pression et contre vis de blocage)

 

Une bonne nouvelle : le tourteau a été généreusement graissé au montage, il glisse tout seul au démontage (avec un tournevis  planté dans la fente pour relâcher un peu la pression sur l'arbre) !

 

Je dépose complètement le joint PSS


Je sors l’arbre, je le fais passer sur le côté du safran, ça passe et ça bloque : normal, la partie de l’arbre qui passe dans la bague hydro est complétement entartré, ça ne glisse pas du tout, j’aurais dû nettoyer l’arbre avant….

Je galère un peu pour renfoncer l’arbre dans le tube (il faut a la fois pousser un faire fléchir l'arbre pour qu'il retourne dans son tube) et je gratte et ponce au grain fin puis lubrifie l’arbre: il brille comme un sou neuf.
Et là bien évidemment il passe tout seul : plan 2 réussi !

 

Phase suivante : extraire la vieille bague solidement enfoncée dans son logement.

 

Je commence par extraire les 2 vis nylon et, avec un tournevis à frapper et un marteau, j’attaque le bord de la bague : le caoutchouc saute relativement facilement mais la partie en résine (phénolique) tient bon. Au bout d’une heure, tout le caoutchouc a quasiment disparu mais le corps en résine n’a pas bronché.

Mes outils ne sont pas adaptés : il faut du très affuté qui coupe à raz du logement.
Je fonce à Brico machin acheter un ciseau à bois de sculpteur, le plus fin possible (c’est du plat qui va tailler dans un diamètre).


En y allant avec beaucoup de précaution afin de ne pas faire de tranchée dans le bronze, je fais sauter une bande de résine, dès que la bague est coupée sur toute sa longueur, elle se détend et sort très facilement, ce qui permet de me détendre à mon tour…

Je nettoie la diamètre, gratte tout ce qui dépasse, passe une toile émeri très fine pour enlever toutes les salissures : le trou est lisse, régulier, j’y passe les doigts sans rencontrer d’obstacle.
Je choisi un foret qui rentre pile dans le trou fileté (sans abimer le filetage œuf corse) et je met un repère pour ne pas percer dans l'arbre...

 

Je remonte l’arbre d’hélice, facile sans la bague, il y a plus de jeu, ça rentre facilement (bon faut faire fléchir un peu l'arbre pour viser le tube)
Si je rentre la bague avant, je ne pourrais pas remettre l’arbre en place

 

Je mets une bague nylon dans le tube d’étambot (à l’intérieur du bateau) pour centrer l’arbre dans son tube (c’est la bague que j’avais préparé pour aligner l'arbre dans le tube)

 

J'enduis le diamètre, la bague et l’arbre de savon pour faire glisser.

J’enfonce doucement la bague à l’aide d’une bague nylon, d’un tube et d’un maillet.

Le tout rentre gentiment et bing ! la cata, le son change, il reste 30 mm à rentrer et ça ne bouge plus d’un poil.
Et là pas le choix : je ne peux pas faire ressortir la bague (rien pour taper par l’autre côté), je ne peux plus extraire l’arbre (bague neuve : pas de jeu sauf à tout flinguer)


Donc j’ausculte le diamètre, mais avec l’arbre, je n’accède à rien, alors j’insiste à la masse et crac, un morceau de bague se casse, la messe est dite !

Je me décide à scier le morceau qui dépasse, ça va réduire son espérance de vie mais pas le choix…
Je laisse dépasser la bague de 5 mm ce qui fait 75 mm utile au lieu de 100 mm.
A travers les trous de vis, je perce au diamètre juste rentrant un trou (le forêt a un repère pour arrêter avant l’arbre d’hélice.
J’ai auparavant usiner des vis nylon avec un téton en bout qui rentre pile poil dans le trou que j’ai percé.

La bague est immobilisée bien que je vois mal comment elle serait ressortie seule, vu le mal que j’ai eu pour la faire rentrer….

Il me reste à vérifier l’alignement de l’arbre dans l’étambot et l’alignement de l’arbre et du moteur.
Je remonte donc le tourteau
L’arbre est assez décentré dans l’étambot (2 mm vers le bas) sans doute dû à l’avachissement des silent blocs.
Ce que confirme le jeu de 0,35mm en bas entre le tourteau et la sortie d’inverseur.
Je remonte donc la partie arrière du moteur de 2 mm, j’aligne le moteur puis remonte encore un peu l’arrière de 1 mm pour être à peu près centré dans le tube d’étambot.
Puis je réaligne à peu près le moteur, le bateau étant posé sur cale, il faudra de toute façon recommencer à flot.

 

Toute ces manipulations finies (c’est un peu sportif au point de vue accès des silent blocs…)
Je démonte le tourteau pour mettre en place le joint PSS.


J’en ai profité pour acheter un kit de maintenance (le joint doit être d’origine Amha) composé d’un soufflet caoutchouc (plus épais que celui d’origine), des serflex neufs, des joints toriques neufs, 5 vis de pression pour la bague inox (1 en rab) la clé BTR, le frein filet bleu et des pastille de blocage pour les serflex.

Le soufflet d’origine n’était pas en trop mauvais état pour son âge (préconiser de le changer tous les 6 ans). Je remonte le tourteau
(que j'ai peint en noir en passant, marre de la rouille) et le bride au moteur.

 

Puis je remonte le coupe orin, l’hélice et les anodes. Remise à l’eau, re-réglage (0,1mm en haut que je n’ai pas corrigé).


Il y a du  F8 / F9 Beaufort en prévision : l’essai sera pour plus tard ...

Écrire commentaire

Commentaires: 0